Comme toutes les grandes villes du monde, Laval est en pleine expansion. L’urbanisation du territoire devient un enjeu important pour la conservation de nos milieux naturels, tels que les bois, les milieux humides et les berges. Des ruisseaux parcourent près de 250 km de la surface de l’île Jésus. Ils sont des corridors écologiques importants, contribuent à la qualité de l’eau, au maintien de notre patrimoine naturel et permettent une meilleure régularisation et gestion de l’eau.

Malgré leur important rôle sur le plan écologique et dans la gestion de l’eau, ces ruisseaux deviennent trop souvent des « décharges à ciel ouvert », lorsqu’ils ne sont pas tout simplement canalisés et enfouis sous les projets de développement. En effet, des ouvrages de canalisation ont entraîné la disparition complète ou partielle de plusieurs ruisseaux dans les secteurs fortement urbanisés. Pourtant, ils sont très sensibles aux changements qui s’opèrent, de ce fait leur état de santé se détériore.

De plus, ces milieux sont méconnus de la population, des décideurs et même de la science. Ils passent trop souvent inaperçus, alors qu’ils servent d’habitat pour plusieurs espèces de poissons, d’oiseaux, d’écrevisses, de végétaux, de plantes aquatiques et d’insectes et abritent parfois même des espèces à statut particulier.

Projet réalisé

Projet Ruisseaux urbains de Laval

Avec ses différents partenaires, le CRE de Laval a développé un projet sur les cours d’eau urbains de la région dans le but d’évaluer les impacts de l’urbanisation sur ces milieux sensibles et de mettre en place des mesures pour prévenir leur dégradation et même, améliorer leur situation.