REBOISEMENT DES ÉCHANGEURS ROUTIERS

Depuis sa création le 19 janvier 1996, l’aménagement du territoire à Laval constitue l’une des priorités du Conseil régional de l’environnement (CRE) de Laval. Parmi ses grandes réalisations en la matière, le CRE de Laval a notamment participé à un chantier environnemental de taille: le reboisement des échangeurs autoroutiers sur le territoire lavallois.

250 000 arbres plantés!

Dès l’été 1998, le CRE de Laval commence à travailler sur le reboisement des échangeurs d’autoroute. C’est en 2000 qu’il entreprend des démarches auprès de la Ville de Laval pour présenter son projet de reboisement. Entre 2002 et 2004, le CRE de Laval dépose ses plans auprès de la municipalité et en 2004, la Ville contacte alors le ministère des Ressources naturelles et de la Faune. Dès l’année suivante, en 2005, la Ville annonce la plantation de 250 000 arbres pour l’aménagement des échangeurs d’autoroute! Thomas Mulcair, alors ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, rappellera à cette occasion l’importance du rôle des espaces verts dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le projet, qui a également mobilisé le ministère des Transports, le ministère des Ressources naturelles et de la Faune, la Conférence régionale des élus de Laval et le CRE de Laval, aura permis l’aménagement de 19 échangeurs autoroutiers, soit 43 bretelles d’autoroutes, en plus de trois ans.

Selon la Fondation canadienne de l’arbre, la plantation de ces 250 000 arbres permettrait d’absorber environ 550 tonnes de carbone annuellement. Soulignons qu’en plus de leur bienfaits environnementaux, les arbres offrent des caractéristiques esthétiques non négligeables autour des autoroutes!

  

 

 

 

 

Simulation AVANT/APRÈS. Crédit: Ville de Laval.

Protéger et développer les plantations d’arbres pour un aménagement durable

Le projet de reboisement des échangeurs d’autoroute a ainsi permis de verdir une grande partie de ces jonctions présentes sur le territoire lavallois. Toutefois, aujourd’hui, le manque d’entretien de ces arbres se fait ressentir et on constate que des espèces exotiques envahissantes, tels que le nerprun cathartique et le roseau commun, ont proliféré au détriment des espèces indigènes plantées. De plus, face à l’augmentation du phénomène des îlots de chaleur sur le territoire lavallois, les efforts de reboisement doivent être intensifiés. Le CRE de Laval encourage par conséquent la Ville de Laval à poursuivre et à maintenir les plantations aux alentours de l’ensemble de ses infrastructures routières (boulevards, rues, avenues), ainsi qu’à en assurer un entretien adéquat. Le CRE de Laval invite également, dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques et des îlots de chaleur urbains, le gouvernement québécois et les municipalités à protéger et à étendre les plantations sur tout le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal.