ACQUISITION DE L’ARCHIPEL DU MITAN

L’archipel du Mitan se situe dans la section aval de la rivière des Prairies, juste avant sa confluence avec le fleuve Saint-Laurent. Cet archipel, d’une superficie de 68 hectares, est composé de cinq îles: l’île du Moulin, l’île Migneron, l’île du Bois Debout, l’île du Mitan et l’îlot à Charpentier. Localisé sur le couloir migratoire de l’Atlantique, les chenaux séparant les îles sont couverts d’une végétation herbacée haute et dense, qui forme des habitats fauniques de grande qualité pour la sauvagine – les oiseaux aquatiques sauvages – et certaines espèces de poissons. Dès les années 80, ce potentiel faunique est d’ailleurs reconnu par des études du Service Archipel, qui recommandent alors la protection intégrale de l’archipel. Les îles quant à elles sont principalement occupées par des prairies sèches ou humides.

De l’acquisition à la reconnaissance de l’archipel

Dans les années 90, la région de Montréal et sa banlieue subissent une forte pression en faveur du développement résidentiel sur les îles de l’archipel et ses rives. Il était donc nécessaire de conserver ces milieux riches, en protégeant les ressources naturelles et les habitats fauniques  de l’archipel.

En 2002, le CRE de Laval initie une démarche d’acquisition auprès du ministère de l’Environnement du Québec, dans le cadre du Programme national pour le développement d’un réseau privé d’aires protégées. C’est  donc en partenariat avec la Ville de Laval et le ministère de l’Environnement du Québec, que le CRE de Laval soumet une proposition d’acquisition de l’archipel du Mitan, dans le but d’en assurer la protection, la conservation et la mise en valeur à long terme. Une campagne d’observation est alors lancée en juillet 2004, afin de connaître les principales caractéristiques du milieu naturel. Celle-ci permettra de mettre en évidence la présence d’espèces végétales vulnérables ou menacées. Parmi elles, citons l’arisème dragon (Arisaema dracontium), une espèce faisant partie des plantes menacées au Québec. Le projet du CRE de Laval est alors de faire de ce précieux écosystème une aire protégée.  

C’est en octobre 2004 que le CRE de Laval annonce l’acquisition de l’archipel, rendue possible par la contribution de la Ville de Laval et du ministère de l’Environnement du Québec. Le CRE de Laval entreprend par la suite un processus de reconnaissance de l’archipel qui devient en janvier 2007  une des 24 réserves naturelles en milieu privé de la province. Les titres de propriété de l’archipel du Mitan seront ensuite transférés du CRE de Laval à la Ville de Laval, le 26 février 2008.

Et aujourd’hui?

Désormais, l’archipel bénéficie d’une protection à perpétuité assurée par le gouvernement du Québec. Les seuls aménagements permis devront réduire au minimum l’impact sur le milieu et seront restreints aux sentiers pédestres, trottoirs de bois, quais d’observation ou à une aire d’accueil. Le CRE de Laval souhaite que ces aménagements puissent se réaliser prochainement!