La rivière des Mille-Îles

Longue de 42 km, la rivière des Mille-îles s’étend de la ville de Saint-Eustache jusqu’à Lachenaie, où elle se jette dans la rivière des Prairies. Sa profondeur moyenne est de 1,5 m1, ce qui en fait une rivière très peu profonde où le débit peut être faible (maximum de 357 m3/s en août)2, jusqu’à être nul en période de sécheresse. Cette profondeur permet néanmoins à la lumière de pénétrer jusqu’au fond de l’eau un peu partout, favorisant ainsi l’établissement d’herbiers aquatiques sur près de 53% de la superficie de la rivière3.

Nénuphars dans l’archipel de Sainte-Rose

La biodiversité exceptionnelle qui en résulte et la grande quantité d’habitats que recèle la rivière ont justifié la création, en 1998, du Refuge faunique de la Rivière des Mille-Îles4. Cette aire protégée couvrait environ 26 hectares de terrain en 2020, principalement sur les îles de l’archipel de Sainte-Rose.

Tortue peinte

La Coalition Sauvons nos trois grandes îles milite quant à elle afin que soit protégées les 3 grandes îles de l’archipel de Saint-François, dans l’est de la rivière. Ces îles, nommées Île aux Vaches, Île Saint-Pierre et Île Saint-Joseph, couvrent environ 197 hectares et présentent un intérêt écologique évident, notamment en raison des espèces à statut précaire qu’elles abritent, mais aussi parce qu’elles représentent un corridor de dispersion pour la faune et la flore entre Laval et la Rive-Nord5.

Au printemps, lorsque la neige du bassin versant des Mille-Îles se met à fondre, le niveau d’eau de la rivière monte rapidement et celle-ci inonde alors une grande partie des terres situées au nord des boulevards Sainte-Rose et des Mille-Îles. Lors de leur retrait, les eaux d’inondation laissent derrière elles des marais et des marécages qui serviront d’abris et d’aires d’alimentation et de reproduction pour une impressionnante diversité de plantes et d’animaux.

Canards, limicoles et rapaces côtoient ainsi les tortues, les achigans ou encore les maskinongés qui profitent de ces eaux calmes et riches en nutriments. Nul doute qu’il s’agit d’une oasis riche de biodiversité et d’aventures, comme en font foi les nombreux pêcheurs, canoteurs et observateurs de la faune qu’on ne manque jamais de rencontrer lors d’une visite.

La rivière des Mille Îles est un cours d’eau où la navigation de plaisance et les activités nautiques sont très populaires, notamment en raison du faible courant et du grand nombre d’îles. Toutefois, il ne s’agit pas d’une voie de passage utilisée par les gros bateaux en raison de sa faible profondeur, de la présence de rapides au niveau du quartier Auteuil et de la présence du Barrage du Grand-Moulin à son embouchure avec le Lac des Deux-Montagnes.


Sources

1Cadre de référence administratif du Parc de la rivière des Mille-Îles

2Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques – Fiche signalétique de la station des Mille Îles

3Centre Saint-Laurent. 1996. Rapport-synthèse sur l’état du Saint-Laurent. Éditions MultiMondes. 15 pages.

4Parc de la Rivière-des-Mille-Îles

5Sauvons nos trois grandes îles de la rivière des Mille Îles