Laval se situe dans le domaine bioclimatique de l’érablière à caryer, comme le reste de la grande région métropolitaine de Montréal. Cet écoterritoire est le plus riche et diversifié du Québec, tout en étant dans les plus largement modifiés par l’humain.

À Laval, les peuplements forestiers couvrent près de 1600 ha de superficie, soit moins de 10% du territoire de l’Île Jésus. Ceux présentant le plus d’intérêt pour la conservation sont regroupés en 22 boisés « d’intérêt municipal » ou « d’intérêt métropolitain », et profitent en partie ou en totalité d’un zonage « conservation » ou « protection ».

Plusieurs de ces forêts sont accessibles à la population et des activités y sont organisées pour profiter de ces espaces naturels d’exception au cœur de la communauté lavalloise.

Il n’y a pas si longtemps, l’île Jésus était recouverte de belles forêts. Mais comme partout ailleurs, le développement et l’étalement urbain ont empiété sur le territoire sans tenir compte de la richesse de notre patrimoine naturel et ce, au détriment de notre qualité de vie. 

En effet, l’Île Jésus, dont 71% du territoire est inclus dans le périmètre d’urbanisation, se minéralise de plus en plus sous l’asphalte au détriment des espaces verts. Cela accentue le risque d’inondation et la présence d’îlots de chaleur urbains, en plus de nuire grandement à la faune et la flore. Il y a donc place pour des efforts importants de conservation, de protection et de mise en valeur des quelques bois et forêts qui persistent encore sur le territoire de l’Île Jésus. Ces espaces boisés sont des richesses naturelles uniques qui appartiennent, pour la plupart, au secteur privé. 

Depuis quelques années, toutefois, la Ville de Laval procède à des acquisitions de terrains en vue d’en faire la conservation. Le CRE s’en réjouit et souhaite de tout coeur que le rythme de ces acquisitions s’accélère afin de contribuer pleinement à son objectif de 14% du territoire protégé.

La conservation et la protection de bois et forêts peuvent être mises à contribution pour lutter contre le réchauffement de la planète et diminuer les impacts des pluies diluviennes de plus en plus fréquentes, notamment. Les bois et les forêts contribuent à la qualité de l’environnement en agissant sur des éléments clés de l’écosystème urbain tels que le dégagement d’oxygène, l’assimilation de gaz carbonique ou la filtration des particules fines. Ils jouent un rôle d’écran visuel, sonore et physique, améliorant de ce fait la qualité des milieux de vie de la population avoisinante. Ils introduisent dans le milieu bâti des éléments vivants et colorées qui sont source de détente et d’esthétisme, des attributs qui peuvent avoir un impact important sur la santé mentale.

Les boisés à Laval

Les milieux naturels de Laval

La carte suivante est tirée du Schéma d’aménagement et de développement révisé (SADR) de la Ville de Laval (2017) et présente les aires protégées et bois d’intérêt de l’Île Jésus.

 

Autres boisés d’importance :

Sources :

 

Un livre sur les arbres lavallois!

Nos survivants: les arbres remarquables de Laval

Le CRE de Laval a réalisé un livre sur les spécimens d’arbres les plus spectaculaires et exceptionnels: «Nos survivants : les arbres remarquables de Laval».