Le Butome à ombelle (Butomus umbellatus)

Lien vers Sentinelle

Le Butome à
ombelles (Butomus umbellatus), ou jonc fleuri, est une plante de rivages très
appréciée pour sa délicate mais magnifique inflorescence. On le trouve émergé
ou submergé dans les cours d’eau peu profonds et à débit lent. Avant sa
floraison, qui a lieu vers la fin de l’été, il est difficile à discerner au
sein de colonies d’autres plantes comme les rubaniers (Sparganium) ou les joncs
(Juncus, Schoenoplectus).

Cette espèce fut
intentionnellement importée d’Europe pour l’ornement des jardins d’eau, puis se
serait échappée de culture pour se retrouver dans nos cours d’eau. Vivace et se
reproduisant facilement par voie végétative, cette espèce forme de grandes et
denses colonies sur les rivages, colonies qui semblent survivre indéfiniment
lorsqu’elles sont bien établies. Elle compétitionne donc facilement avec les
espèces indigènes, qu’elle déloge, particulièrement en plein soleil.

Le jonc fleuri
nécessite d’être pollinisé pour produire des fleurs, dont les graines seront
viables et pourront être transportées plus loin par les cours d’eau. Toutefois,
il se reproduit aussi facilement de manière asexuée (végétative), par ses
rhizomes, ou par la production de petits bulbilles qui, en se détachant, seront
eux aussi transportés par l’eau des ruisseaux pour aller s’enraciner plus en
aval et produire des clones. Toutes ces capacités confèrent au Butome à
ombelles un taux de reproduction très élevé qui surpasse facilement celui des
autres espèces alentour.

Il existerait en Amérique du Nord 2 populations aux génétiques distinctes, l’une étant diploïde (2 paires de chromosomes) et l’autre étant triploïde (3 paires de chromosomes). La première utiliserait les 2 méthodes de reproduction, tandis que la deuxième se reproduirait surtout de façon asexuée. Cette situation laisse donc croire que cette espèce aurait vécu non pas un, mais deux épisodes introductifs distincts sur le continent américain qui auraient permis une diversification génétique indépendante dans les deux lignées.

À Laval, il n’est pas rare de trouver le Butome à ombelles en fleurs sur le bord des ruisseaux fraîchement perturbés, où la lumière abonde.

Sources

Sentinelle – Gouvernement du Québec

Cao, L., L. Berent, and A. Fusaro, 2020, Butomus umbellatus L.: U.S. Geological Survey, Nonindigenous Aquatic Species Database, Gainesville, FL