Élections municipales 2017 à Laval: vision environnementale des différents partis

Résultats 2017

Le CRE de Laval félicite M. Demers et son équipe pour ce deuxième mandat. Pour connaître tous les détails, vous pouvez consulter le site d’Élection Laval.

 

Communiqué de presse

Pour diffusion immédiate 

Analyse des engagements en matière d’environnement pris par les partis politiques de Laval

Laval, 26 octobre 2017 – Le 27 septembre dernier, le Conseil régional de l’environnement (CRE) de Laval faisait parvenir un questionnaire aux cinq (5) partis politiques de Laval. Les questions portaient sur cinq grands thèmes, soit les changements climatiques et les transports, la gestion de l’eau, la biodiversité et la forêt méridionale, la saine gestion des matières résiduelles et le financement des organismes en environnement.

Le CRE de Laval est satisfait de la participation. Les partis Action Laval, Alliance des Conseillers Autonomes, Mouvement Lavallois et Parti Laval ont répondu au questionnaire (ci-après nommés les répondants), tandis que le Parti Avenir a déposé sa vision sans répondre aux questions.

Premier thème : les changements climatiques et les transports. On constate que les solutions proposées par les répondants pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) restent timides, car peu de propositions concernent les alternatives à l’utilisation de la voiture solo, le développement de voies réservées, la restriction du développement du réseau autoroutier et la diminution du gabarit du réseau routier. Les répondants ciblent essentiellement la valorisation des transports en commun par différentes mesures incitatrices, mais aucune mesure directe au niveau des grands émetteurs, les automobiles. Pourtant les changements climatiques sont dus aux émissions de GES, attribuables principalement au transport (62 % pour la région de Laval comparativement à 44,3 % pour l’ensemble du Québec). 

Notons également que trois des répondants privilégient un boulevard urbain pour le prolongement de l’autoroute 19 et un axe autoroutier pour le quatrième. L’automobile demeurera donc maître à Laval encore longtemps avec son lot d’effets néfastes sur notre qualité de vie et notre environnement. Quant aux îlots de chaleur, les mesures proposées par les répondants visent essentiellement la plantation d’arbres, tandis qu’un répondant propose des solutions en matière d’aménagement.

Deuxième thème : la gestion de l’eau. Seulement deux répondants s’entendent pour dire qu’il est très important de réduire les surverses d’eaux usées qui ont des impacts directs importants sur la qualité de l’eau des rivières des Mille Îles et des Prairies, ainsi que sur les prises d’eau qui s’y trouvent.

Ces deux répondants sont également favorables à la réalisation d’un Plan de conservation des milieux humides et d’un Plan de gestion écologique de l’eau en partenariat avec les organismes lavallois. Ces plans permettraient de cibler les priorités d’intervention à court et à long terme pour conserver les milieux humides et les ruisseaux encore existants et réduire les impacts sur les cours d’eau, tout en favorisant une utilisation équitable et saine des sources d’eau disponibles sur le territoire lavallois.

Troisième thème : la biodiversité et la forêt méridionale. Ce sujet suscite beaucoup d’intérêt de la part des quatre répondants, mais ils n’ont pas tous les mêmes ambitions en ce qui concerne la superficie à conserver et le pourcentage d’aires protégées à avoir sur le territoire de Laval.  L’objectif de 17 % d’aire protégée n’est abordé que par deux répondants et aucune proposition ferme n’est suggérée pour y arriver.

Fait à souligner, tous les répondants s’entendent sur la nécessité de conserver le plus grand nombre de milieux humides et de créer des corridors écologiques verts et bleus (réseaux) entre les milieux naturels afin de limiter la fragmentation des habitats et de maintenir la biodiversité.

Quatrième thème : la saine gestion des matières résiduelles. Tous les répondants s’entendent pour dire qu’ils vont élargir la cueillette des matières organiques à l’ensemble du territoire lavallois et prévoir l’infrastructure nécessaire pour traiter cette matière organique.

Ils sont aussi unanimes à dire qu’il faut des écocentres, mais il y a des variantes entre les différentes propositions en ce qui concerne le nombre et la taille des écocentres à mettre en place et de l’échéance pour leur implantation. Aussi, aucun répondant ne définit le mode de gestion de ces écocentres (public, privé, partenariat).

Cinquième thème : le financement des organismes environnementaux. Les trois répondants reconnaissent l’importance du travail du CRE de Laval et des autres organismes environnementaux. Ils sont aussi d’accord à soutenir financièrement (financement statutaire) le CRE de Laval et les organismes environnementaux pour leur mission et les services qu’ils rendent à la population.

Afin d’en savoir plus sur les engagements environnementaux des partis politiques, le CRE de Laval invite la population lavalloise à prendre directement connaissance des réponses sur son site WEB au : www.credelaval.qc.ca.

En toute objectivité, le CRE de Laval recommande à la population d’analyser les réponses des partis en fonction de leur connaissance sur les enjeux, de leur maîtrise des dossiers abordés, du réalisme des solutions suggérées et de communiquer avec chacun des partis pour plus d’information.

En conclusion, le CRE de Laval invite les Lavalloises et les Lavallois à être nombreux à exercer leur droit de vote, le 5 novembre prochain, afin que le développement de Laval se fasse dans le respect de l’environnement et des principes du développement durable pour le maintien de notre qualité de vie.

– 30 –

Source :
Guy Garand
Directeur général
450-664-3503

 

Pour lire le Questionnaire du CRE de Laval

Pour lire les réponses des différents partis politiques:

Veuillez cliquer sur leurs logos.

         

Les commentaires sont fermés.